Voyages & Découvertes

Voilà les pensées

mardi 5 juin 2007 par Pinat Pierre

Allemagne, Angleterre, Autriche, Belgique, Cap-Vert, Corse, Écosse, Espagne, États-Unis, Gambie, Ghana, Grèce, Guinée-Conakry, Guinée-Bissau, Hollande, Hongrie, Irlande, Kosovo, Libéria, Pérou, Portugal, Roumanie, Sénégal, Sierra Leone, Togo, Uruguay, Vietnam…

Il faut que je fasse un nouveau passeport. Celui que j’ai est encore valable cinq ans, mais il n’a plus de pages libres ! C’est ainsi le 3e que je fais en 15 ans.
Quelle chance immense…

Je n’échangerais ma vie pour aucune autre.

Je vous écris de la Sierra Leone où je passe une semaine de vacances bien méritée. Je passe la moitié de la journée à dormir, et l’autre à déambuler dans la capitale, à pieds ou avec le vélo que j’ai loué. Les rues sont pleines de couleurs et de sourires. Ici aussi la guerre est finie. On lutte pour se relever mais on regarde vers l’avenir.

body and soul

Et moi, je me sens connecté à ces gens corps et âme.

Les africains m’apprennent que le bonheur, je ne le trouverai sur aucun continent, dans aucun pays en particulier, que tout ce dont j’ai besoin pour être heureux se trouve d’abord à l’intérieur de moi.
Je fais partie de ce peuple. Je parle ses langages. J’adopte ses attitudes. Je ne force rien. Ça vient comme ça, naturellement.

Au Libéria, nombre de mes amis et collègues sont des survivants. Ils ont vécu l’invivable, ils m’ont raconté l’irracontable. Aujourd’hui ils sourient, chantent et dansent. Leurs visages sont magnifiques. J’ai pour eux le plus profond respect.

L’Afrique me nourrit, me sculpte. Elle fait de moi celui que je suis aujourd’hui. Les mots n’existent pas pour exprimer la reconnaissance.

Mais aussi parfois, l’Afrique me rend diiiiiiingue !
Elle me blesse, me déçoit, m’écoeure.
La malhonnêteté, la corruption chronique, le fatalisme, l’apathie.
Et surtout l’inacceptable : comment peut-on avoir faim dans une région du monde aussi fertile ? Je ne comprends pas. Je me révolte, je prends sur moi. Tous les jours. Pas toujours faciles à avaler les pilules !

JPEG - 70.1 ko
Pierre et ses potes sur un canoë

Mes heures de travail, cette énergie, ces efforts quotidiens pour vouloir améliorer les choses, qu’en restera-t-il à mon départ ? Je ne me fais guère d’illusion… But it’s okay. « Accepter ce que je ne peux changer »

Et je suis bien conscient que tout cela, cette expérience, je la vis avant tout pour moi-même.
J’apporte ma pierre à mon propre édifice. Je change le monde.

the richest man

Bien sûr, il est facile d’être à l’aise et de dire ça. Car je suis blanc, sous l’égide des Nations Unies, j’ai un salaire, je n’ai jamais faim, j’ai un toit, un garde et un employé de maison.

Bien sûr… mais je sais d’où je viens et je ne prends pas cela pour acquis. God forbid. Je continue de trouver miraculeux d’avoir de quoi me nourrir tous les jours, d’avoir un chez moi, d’être en bonne santé.

Je n’ai pas de frigo. Mais j’ai une glacière dans laquelle je mets un bloc de glace tous les jours.
Je n’ai pas l’eau courante. Mais j’ai un puits qui ne manque pas d’eau et qui remplis mes seaux.
Je n’ai pas de voiture. Mais j’ai une mobylette qui m’amène n’ importe où en ville !
Il n’y pas l’électricité publique mais j’ai un petit générateur que je mets en marche le soir pour quelques heures. (Même que c’est moi qui mets l’essence et l’huile dedans, voui voui j’y arrive, tout seul comme un grand !)

Qu’ai-je besoin de plus ?

Je suis l’homme le plus riche du monde.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 445 / 45136

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Afrique  Suivre la vie du site Sierra Leone   ?

[

Site réalisé avec SPIP 3.0.20 + AHUNTSIC

] [ [

Creative Commons License

] ]