Voyages & Découvertes

Chapeau bas

mardi 9 décembre 2014 par Mardaga

Seules deux seules compagnies aériennes desservent encore Monrovia dont Brussels Airlines. Malgré l’épidémie de l’Ebola, les vols continuent, alors chapeau bas ! Et celui-ci va aller encore plus bas.

Le responsable de la compagnie à Monrovia me demande si je désires participer à la distribution de boîtes de flocons d’avoine. Il désire que celles-ci soient distribuées en priorité aux enfants. Comme je suis en contact avec quelques familles, je me porte donc volontaire avec joie.

Contact est pris avec trois femmes qui sont dans l’entourage proche. La femme de ménage, Comfort, qui habite juste à côté. Son mari enfui, elle élève ses deux enfants et habite avec sa mère et sa sœur. De plus elle accueille sous son humble toit deux autres enfants de la famille. La guitariste à ses heures perdues, Eva, célibataire également, qui s’occupe de deux enfants délaissés. Elle est gardienne du pylône de GSM tout à côté pour un salaire dérisoire (50 €/mois). Margaret, mariée et mère d’une petite fille, tient la petite échoppe à la sortie du coupound. Elle aussi a recueilli deux jeunes enfants de la famille éloignée et d’autres personnes qui vivent avec elle dont deux jumelles.
Bref, la couleur est annoncée et rendez-vous est pris pour le samedi matin à 10 heures. Quand j’arrive sur place c’est un vrai comité d’accueil qui m’attend. Eva a pris sa guitare et les enfants se mettent à chanter en guise de bienvenue. Tout le petit peuple est joyeux car il va y avoir cadeaux. Je suis surpris et désorienté car c’est la première fois que je fais ce genre de distribution collective. Les cartons sont sortis et distribués. Les enfants sont ravis et tout se passe sans désordre. Les paquets en main, une nouvelle chanson est entonnée.

Tenneh est une femme de ménage qui travaille dans mon bureau. Je la connais depuis plusieurs années. Elle a le verbe haut en couleur et un caractère trempé dans de l’acier. Bref faut pas lui chercher noise car la réplique fuse comme une flèche bien ciblée. Elle vit avec sa maman d’âge canonique et deux enfants, sans mari, parti comme d’habitude ici. Elle est d’une honnêteté sans reproche et économise petit à petit sur son maigre salaire pour construire sa maison. Rendez-vous est pris et en arrivant sur place, je découvre à l’ombre d’un arbre en face de la maison une table et une chaise. On rameute les enfants des alentours. Elle fait un discours sur le pourquoi et comment, et préviens que je vais prendre des photos. Mais voilà, il y a plus d’enfants que de boîtes. Alors elle réunit ceux-ci par famille et commence la distribution. "Tu viens d’où toi ? Ah oui, la famille untel. Où sont les frères et sœurs ? Bon mettez-vous ensemble. Voilà c’est bien, prends cette boîte." Et ainsi de suite. La distribution se termine et voici d’autres enfants qui arrivent ainsi qu’une grand-mère.

Vite nous montons dans la voiture car elle veut m’emmener auprès d’une autre famille qui dit-elle est dans le dénuement. Sur le chemin elle m’explique qu’il y a une maison proche qui a été victime de l’ébola. C’est une maison communautaire où habitent plusieurs familles. L’épidémie a décimé tous les adultes sauf une femme qui a maintenant en charge quantités d’enfants. Par miracle, aucun de ceux-ci n’ont été touché. Elle a rameuté cousines, tantes et nièces pour l’aider à s’occuper de la marmaille. Je pose quelques questions mais reste discret et réservé. Tenneh leur explique le topo et les femmes sont d’accord. Mais il reste que peu de boîtes et heureusement que j’avais emporté des sacs de riz. Distribution est faite et je ne leur promet rien pour le futur. On verra si il y aura un nouvel arrivage.

L’épidémie a fait des victimes et la conséquence la plus dramatique est que l’économie du pays est à plat. La plupart des entreprises ont renvoyé leur personnel. Lentement et sûrement la malnutrition apparaît. Entre la peur de la maladie et la précarité, le peuple libérien est à nouveau confronté à ses affres et à ses démons. Cela lui donnera-t-il la force de construire un avenir ? En attendant, c’est le peuple qui doit supporter les conséquences.

Chapeau bas et respect pour cette compagnie aérienne qui donne aux libériens en fin de compte de l’espoir et le sentiment de ne pas être abandonnés du monde extérieur.


Portfolio

Distribution chez Bendu Distribution chez Eva Distribution chez Tenneh 01 Distribution chez Tenneh 03 Distribution chez Manfred Distribution chez Manfred Distribution chez Manfred Distribution chez Manfred Distribution chez Manfred Distribution au travail Distribution chez Tenneh Distribution chez Tenneh Distribution chez Tenneh Distribution chez Bendu
Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 746 / 40371

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Afrique  Suivre la vie du site Libéria  Suivre la vie du site Monrovia   ?

[

Site réalisé avec SPIP 3.0.20 + AHUNTSIC

] [ [

Creative Commons License

] ]